LA CELLE D'AUVERGNE

    P U Y    DE     D √Ē M E

BIENVENUE  AU  COEUR  DES  COMBRAILLES

 

Le blason:

Ecartelé, au 1 de gueules au lion couronné d'or,

               au 2 d'or au St-Pardoux d'Azur,

               au 3 de vair,

               au 4 de gueules √† la croix ancr√©e d'argent,

Charg√©,  en coeur d'un √©cu d'or

              au gonfanon de gueule.

Le lion couronné et le vair(c'est l'une des fourrures de l'écu, faite de cloches d'azur et d'argent alternés) sont repris sur les armes des

 DE BOSREDON, derniers seigneurs de La Celle.

La croix ancrée fait référence aux DE NOIZAT, une famille possessionnée en la commune.

Saint Pardoux, patron de La Celle, figure au canton n¬į2.

L'eau au gonfanon symbolise à la fois, l'Auvergne et le nom de la commune.

 

HISTOIRE

La CELLE vient du latin "CELLA"qui signifie CHRETIEN, et qui désignait un ermitage ou un petit monastère à l'époque Carolingienne.

Le lieu-dit , "Pierre grosse" entre le bourg et Chaludet conserve des traces d'un monument m√©galithique et en face , sur le puy de l'Epervier, on a trouv√© des objets n√©olithiques. Quelques vestiges gallo romains(visibles √† Voingt √† la Maison Arch√©ologique des Combrailles) ont √©t√© d√©couverts pr√©s du village : tuiles √† rebords, urnes fun√©raires, tessons de poteries . Jusqu'au XIIIe, l'Histoire de La Celle est obscure, et √† la fin du  XIVe, la Paroisse dut fort souffrir de la Guerre de Cent Ans.

L'  EGLISE

L'Eglise fut construite au XIII √®me si√®cle, puis d√©molie au XVII √®me si√®cle et remplac√©e par un √©difice d'art roman utilisant les anciens mat√©riaux. Elle poss√®de une belle fa√ßade en  gros appareil de granite et un clocher pignon fr√©quent dans la r√©gion. A l'int√©rieur on peut toujours admirer l'ancien autel en marbre blanc, les fonds baptismaux creus√©s dans le granite, de beaux vitraux, et un christ en croix en l'honneur de la mission de 1891.

Autrefois sous le patronage de Notre Dame, l'église l'est maintenant sous celui de Saint Pardoux et fait partie de la PAROISSE SAINT BENOIT SUR SIOULET VOLCANS.

L'√©glise et devant celle-ci sur la place, une croix ancienne figurent depuis 1973 √† l'inventaire des monuments historiques. Cette croix aux extr√©mit√©s bagu√©es est mont√©e sur un gros socle sans f√Ľt, pi√©destal qui serait une ancienne cuve baptismale. La figuration montre un Christ na√Įf, sur une seule face.    

 carte postale repr√©sentant notre √©glise avec l'ancien cimeti√®re

 

LES SEIGNEURS

Deux petits fiefs Farge et Solignat √©taient √† des membres de la famille BOSREDON en 1789 . Quant √† La Celle, elle √©tait en partie aux BOSREDON et en partie aux FILHIAS, d"origine bourgeoise, qui avaient achet√© des droits en 1608.

DU XVIIIe AUX TEMPS MODERNES

 

 Une enqu√™te de 1788 donne pour le village 63 feux abritant 38 laboureurs (propri√©taires), 22 brassiers et 22 mendiants. Une note pr√©cise qu'ont √©t√© class√©s brassiers ceux qui n'ont aucun bien. A la m√™me date, on estimait 72 le nombre des √©migrants temporaires, surtout ma√ßons. R√©volution et XIXe si√®cle furent des temps sans histoire. Toutefois en 1879 on peut noter un curieux √©v√®nement rapport√© par le journal "Le Moniteur" du 16 janvier :"A La Celle, le nomm√© Rivet, entendant un chien pousser des cris inaccoutum√©s, vit √† 200 m√®tres environ de sa maison d'habitation un loup qui d√©vorait une pauvre b√™te. Rivet, prenant son fusil, fut assez heureux de tuer le carnassier, une forte louve de 33 kilogrammes."

COMBRAILLE DES ROUTES ET DES ETANGS

Voies Romaines et route royale:

Si la mise en valeur agricole des plateaux des Combrailles date pour l'essentiel du Moyen Age, leur colonisation avait toutefois été amorcée aux époques gauloise et gallo-romaine, le long des routes qui traversaient le pays.

La c√©l√®bre voie Agrippa, qui reliait Lyon √† Saintes et que l'on a identifi√©e vers Ferno√ęl et Giat, croisait une route  Evaux-les-Bains - Eygurande, de rang secondaire ; celle-ci passait non loin de Tyx sur la commune de La Celle d'Auvergne. La commune voisine de Saint Avit retrouvera cette tradition d'√©tape au XVIII√® si√®cle en devenant relais de poste sur la route royale Clermont - Limoges.

LE CHEMIN DE GRANDE RANDONNEE GR4

Le sentier de grande randonnée 4 (GR 4) part de Royan (Charente-Maritime) et se termine à Grasse (Alpes-Maritimes), reliant l'Atlantique à la Provence.

Le GR 4 traverse 13 d√©partements : la Charente-Maritime, la Charente, la Dordogne, la Haute-Vienne, la Creuse, le Puy-de-D√īme, le Cantal, la Loz√®re, l'Ard√®che, le Gard, le Vaucluse, les Alpes-de-Haute-Provence et les Alpes-Maritimes.

 

Le sentier passe par les localités ou sites suivants (ou à proximité) :

 Il traverse la commune de La Celle d'Auvergne d'Ouest en Est de Saug√®re (limite Basville 23) √† l'√©tang de Tyx (limite Saint-Avit).

 

LES CROIX

 

Au bord d'un chemin,dans les villages, au milieu du bourg, plusieurs croix sont les t√©moins de diff√©rentes Missions Chr√©tiennes ou du souvenir de certains √©v√®nements tragiques.

L'ECOLE DES FILLES :  LA COLONIE

Un ancien couvent occupé autrefois par les Soeurs de Notre Dame, des religieuses enseignantes, abritait l'école de filles. Il a été reconverti pendant plusieurs années en colonie de vacances "Bois Sauvage", recevant des enfants de la région parisienne, avant de devenir une résidence privée.

 

LE PONT DE QUATRE METRES ET LA VOIE FERREE

 

Situ√© sur le chemin rural qui relie le village de Parsanges √† l'√©tang  de Tyx, le Pont de quatre m√®tres est un pont de chemin de fer. La voie ferr√©e qui le surplombe permettait de relier la gare de Letrade √† la gare de Giat, c'√©tait la ligne Montlu√ßon-Ussel. Avant d'√™tre d√©saffect√©e, elle transportait voyageurs, marchandises et convois militaires.

FONTAINES ET LAVOIRS

Souvent dans des recoins, on trouve d'anciens lavoirs o√Ļ nos grands m√®res agenouill√©es faisaient "la bujade", avec le savon de Marseille,  le battoir et la brosse de chiendent.

 

Quelques fontaines sont toujours aliment√©es en eau fra√ģche, ainsi que des abreuvoirs pour les bestiaux dissimul√©es parfois par de hautes herbes.

C'est dans les villages de Parsanges (lavoir et abreuvoir)Chalus (Lavoir),  et Solignat (abreuvoir Ducros) qu'ils sont le mieux visibles.

 

Ils n'ont plus d'utilité de nos jours et constituent le "petit patrimoine".

 

 

LE LAVOIR DE CHALUS

 Lavoir restaur√© √† 

CHALUS

Lavoir à PARSANGES

 

Fontaine et abreuvoir à PARSANGES

 

http://www.peche-tyx-63.fr/liens-peche-auvergne

ETANGS

Notre commune est parsem√©e et entour√©e d'√©tangs et de p√™cheries. Le canton de Pontaumur compte 225 km de cours d'eau et 460 ha de plans d'eau dont une majorit√© d'√©tangs. Les √©tangs √† la limite du d√©partement de la Creuse, sont des r√©servoirs de vie sauvage et de qui√©tude. Leur nombre tient √† l'abondance des eaux de surface et aux vallonnements du plateau, qui facilit√®rent la cr√©ation de retenues derri√®re des digues simples, m√™lant √† l'origine terre et cailloux. Beaucoup sont fort anciens, mis en place pour fournir du poisson aux populations et de l'eau √† de petits moulins. Trois √©tangs  se distinguent par leur richesse  floristique et faunistique : Chancelade (150 ha, le plus vaste des Combrailles, Tyx (70 ha, priv√©) et La Ramade (80 ha).  Situ√©s pr√®s des sources des ruisseaux qui les alimentent, ils sont assez vastes pour garantir la paix aux oiseaux pos√©s en leur centre (colverts,poules d'eau, gr√®bes castagneux et hupp√©s, foulques macroule ...) et poss√®dent assez d'ilots ou de diverticules pour leur assurer  des cachettes s√Ľres. Bord√©s d'une ceinture v√©g√©tale o√Ļ pondent les poissons et grandissent les alevins, o√Ļ nichent un grand nombre d'oiseaux, o√Ļ s'abritent les grenouilles, les crapauds, les salamandres, les rats musqu√©s, ils sont √©galement tr√®s poissoneux.

 

Reflets ephémères du ciel et de la forêt sur l'étang de Tyx

Anciennes cartes postales avec vues de l'étang de Tyx

Etang de TYX

en bordure de notre commune et de Saint Avit

Etang de CHALUDET

 

ETANG DE L'ARFEUILLE

Etang privé en bordure de notre commune(J.J.Laporte )

Petite étendue d'eau sous la neige et la glace près de Feix

ETANG DU VERNET :  en surface des  n√©nuphars  et un joli  sorbier pr√®s de la rive

 

LA CABANE DES CHASSEURS

Cette petite maison abandonn√©e √† la sortie du village de Parsanges √©tait tomb√©e dans le domaine public. La municipalit√© ayant pu l'acqu√©rir, elle l' a  mise √† la disposition de la Soci√©t√© de Chasse  "La Diane" gr√Ęce au travail des b√©n√©voles qui ont permis de la restaurer.

DEMEURES ANCIENNES

Anciennes cartes postales ou photograhies r√©centes permettent de d√©couvrir  des b√Ętiments, t√©moins d'un pass√© historique tel que le Ch√Ęteau de l'Eclose, o√Ļ Le Seigneur rendait la justice,

ou d'une activité plus proche mais oubliée avec Le Moulin des Egraveix.

Carte postale ancienne représentant Le Moulin des Egraveix

 

Le Ch√Ęteau de l"Eclose

Carte postale de Parsanges "La Queue du chien"

Carte postale du Pays de Giat LE CH√āTEAU DE VATANGES

 

QUELQUES SOUVENIRS DE CLASSE A L'ECOLE DE LA CELLE ....

MERCI de nous aider √† identifier les personnes qui figurent sur  ces photographies en nous faisant parvenir les informations √† la MAIRIE.

commune-de-la-celle-dauvergne@wanadoo.fr

ou lucette.astre@orange.fr

Sur cette photo N:1 il s'agit de l'école de garçons de Saint Avit à la fin des années 20 , début des années 30

Certains √©l√®ves pouvaient  r√©sider dans les communes voisines.

5

SAINT PARDOUX ou PARDULPHE le Saint Patron de notre Eglise

Qui est Pardoux ?
Les dévotions à saint Pardoux

L'hymne à saint Pardoux

C'est à SARDENT ou plus précisément au MONT DE SARDENT que naquit, vers 657, Pardulphe qui devint par la suite SAINT PARDOUX, premier abbé de Guéret.

La biographie de SAINT PARDOUX a été écrite peu après sa mort et nous est parvenue par une copie du Xème siècle, dont le manuscrit se trouve à la Bibliothèque Nationale sous le numéro 5240.

 

Pardoux est le fils d'un paysan de la Marche (la Creuse actuelle). Un jour qu'il allume un feu avec d'autres jeunes bergers pr√®s d'un vieux ch√Ętaignier creux, l'arbre s'abat sur lui et il perd la vue. Il trouve sa consolation en Dieu. Jeune adulte, il vit en ermite dans cette r√©gion, partageant son temps entre la pri√®re et la contemplation des myst√®res de Dieu. Il re√ßoit des visiteurs qui apportent des offrandes ou implorent une gu√©rison. Lorsque le comte de Limoges fonde un monast√®re √† Gu√©ret vers 670, il en confie la direction au jeune homme. Pardoux a le don de gu√©rir et poursuit son action bienfaitrice. L'abb√© meurt le dimanche 6 octobre 737.

Il accomplit de nombreux miracles. " Un voleur de champignon faillit en tr√©passer. Un paralytique qui implorait en vain saint Martin est achemin√© vers Gu√©ret mont√© sur un √Ęne et aid√© de deux serviteurs. Le berceau du filleul de Pardoux s'agite de lui-m√™me. La proverbiale avarice des Auvergnats se trouve punie en la personne de ce Bobolenus qui voulait garder pour lui seul l'eau b√©nite par Pardoux ".

Il est inscrit dans le calendrier de Grandmont à la date du 6 octobre .

Sa vie de berger et de gu√©risseur encourage les d√©votions √† la fois pour les malades et pour les troupeaux.  


Les dévotions à saint Pardoux

Plusieurs sites de la Haute-Vienne connaissent des d√©votions √† saint Pardoux , qui se d√©roulent de fa√ßon comparable. √Čtricor, prieur√© de Grandmont maintenant en Charente, se trouvait dans l'ancien dioc√®se de Limoges. On s'y rend toujours en p√®lerinage le jour de la f√™te soit le plus souvent le dimanche apr√®s la saint Pardoux. La pr√©sence de la statue du saint joue un r√īle essentiel. Le clerg√© soutient le p√®lerinage.

Une l√©gende court sur la statue de saint Pardoux √† √Čtricor. Apr√®s la R√©volution, alors que la chapelle est transform√©e en bergerie, un des propri√©taires essaie de jeter la statue au fumier. Il meurt subitement, " √©trangl√© " par le saint. Le cur√© d'√Čtagnac vient en procession nettoyer et remettre la statue en place. Une autre tradition rapporte qu'un bouvier dont les animaux n'ont pas √©t√© gu√©ris par la d√©votion, frappe la statue du saint et lui frotte les l√®vres d'ail. Il tombe foudroy√©. En octobre 1937, l'√©v√™que d'Angoul√™me c√©l√®bre le douzi√®me centenaire de la mort de saint Pardoux .


Saint Pardoux appara√ģt ici √† la fois comme un saint gu√©risseur et un saint protecteur. Son r√īle lui vient de son m√©tier. Il rappelle les miracles accomplis durant sa vie. Il agit en outre en tant que relais de culte des fontaines et peut-√™tre m√™me des pierres. Il a longtemps apport√© le r√©confort dans les campagnes. Pour d'autres la c√©r√©monie permet un moment de recueillement dans la belle chapelle grandmontaine.


L'hymne à saint Pardoux telle qu'elle est chantée aujourd'hui date du XXe siècle


Saint Pardoux, √ī notre bon p√®re

De ton bras nous venons implorer le secours,

Garde notre bétail, entends notre prière

Et soutiens tes enfants, toujours.